Le Dimanche 3 juin, en l’an de grâce 2012, j’eus le plaisir de tester Super Dungeon Explore avec quelques compères (dont Doctor B).

Mais qu’est-ce que cette boî-boîte peut bien contenir ?

La boîte de jeu contient donc des tuiles en cartons, des cartes de jeu, des jetons (à détacher), des dés colorés à 6 faces et (plus important) des figurines. Pas mal de figurines. En kit.

Nous avons donc pris le temps d’assembler les figurines tout en bavassant. Celles-ci sont plutôt bien pensées au niveau de l’assemblage des divers éléments. Il peut arriver que certaines pièces soient tordues (essentiellement les bâtons, les lances, etc.), dans ce cas-là, no problemo : il suffit de passer la pièce concernée sous l’eau chaude, la plier comme on le souhaite (sans la casser !) et attendre quelques secondes.

Les héros sont en gris et les monstres en rouge. Je précise ça juste au cas où, hein. Ne le prenez pas mal.

Je résume rapidement le principe du jeu : un groupe de héros rentre dans un donjon pour casser du monstre, récolter plein de loot (pardon,  je veux dire « butin ») et se fritter le boss du niveau. De l’autre coté, le Consul (alias le maître du donjon) va générer des monstres toujours plus nombreux via des portails afin de mettre les héros en difficulté, et les zigouiller si possible.

La boîte de jeu contient 8 héros (dont un druide ours-garou), un boss (le dragon Feu d’Étoile), 2 mini-boss (des kobolds ogres), 5 portails d’invocation et tout plein de larbins. Ah, j’allais oublier les coffres aux trésors.

Nous avons donc testé le jeu en format 16-bits (à savoir : 1 boss, 1 mini-boss et 3 héros).

Dans l’ensemble, la partie a duré assez longtemps puisque nous ne connaissions pas bien les règles et il y a eu du feuilletage de manuel à plusieurs reprises. Néanmoins, une fois le système assimilé, les prochaines parties devraient durer moins longtemps.

Nous avons surtout dû découvrir les niveaux de puissance pour cette première partie :

  • Les héros ont roulé sur les monstres sans réelle difficulté. Je jouais le Consul et je connaissais alors mal les capacités des monstres. J’ai ainsi remarqué que j’avais zappé quelques trucs qui auraient pu offrir du challenge aux héros.
  • En revanche, quand les héros sont tombés sur le boss qui avait le droit à 2 activations supplémentaires parce qu’ils n’avaient pas détruit toutes les sources d’invocation, ils sont tombés sur un os. Leurs points de vie ont fondu comme neige au soleil.

Pour une première partie, quoique maladroite, je pense que nous avons tu entrevu un potentiel stratégique très intéressant dans ce jeu. Les placements des figurines comptent beaucoup et les monstres peuvent jouer des stratégies de groupe intéressantes.
Seul point noir je trouve : le manuel. Celui-ci aurait pu être bien mieux pensé à mon avis. Les règles ne sont pas bien compliquées, mais le manuel ne facilite pas les choses quand on est en pleine partie.
Le bilan pour SDE est donc très positif. Va juste falloir étudier un petit peu plus les règles et surtout peindre les figurines !

À bientôt,

le Golem qui rêve.

PS : Soda Pop Miniatures (la boîte qui a conçu le jeu) prépare déjà une extension pour prolonger l’expérience. Il s’agira de « Cavern of Roxxor ». J’ai pu trouver des petits aperçus de ce qui nous attend à l’avenir et ça donne envie !

Publicités