Xavier et Néro sont deux archétypes de guerriers de l’Eglise. Deux faces opposées d’un manichéisme irréductible et deux tueurs spécialisés comme peu peuvent s’en vanter. Cependant, dans cette belle et complète harmonie, le statut de Xavier est un peu particulier : en tant qu’unité Obscure ; face sombre du duo, il suggère un gameplay encore plus agressif et meurtrier que son compère et demi-frère lumineux. Lorsqu’on sait que les Inquisiteurs sont généralement des unités très offensives, que les unités Obscures sont généralement plus branchées exécution sommaire que chasse aux papillons, et que Xavier est lourdement spécialisé dans la chasse aux unités Lumineuses, il ne faut pas s’étonner d’avoir affaire à un meurtrier pur beurre.
Et puis, sans vouloir faire de discrimination à propos des mecs qui s’habillent comme des émos, se baladent avec une lame longue comme ta colonne vertébrale, ont le teint gris-brun et une drôle de lueur jaune au fond des yeux, il faut bien avouer que Xavier n’a pas la tête de quelqu’un qui aime les enfants.
Bon, à part ça, que dire de ce charmant tueur ? C’est vrai, si son rôle se résumait à bourriner en visant grosso modo les unités habillées en blanc, on pourrait se demander quel est l’intérêt d’écrire quelque chose sur lui.
En fait, il s’agit simplement de clarifier les choses : comme Samiel, comme Konosuke, Xavier fait partie des rares unités qui obtiennent d’énormes bonus en éliminant des unités ennemies, ce qui les incline naturellement à viser les unités faibles ou affaiblies pour augmenter leur pouvoir de destruction massive. Penchons-nous sur les bonus que reçoit Xavier lorsqu’il détruit une unité de Lumière : que constatons-nous ? Sans obtenir un pouvoir si puissant que celui du Lion noir, Xavier gagne tout de même l’incroyable opportunité de… Jouer une deuxième fois, rien de moins. Un tel boost en fait pour le moment le second personnage au style le plus « meurtrier » du jeu.
Maintenant, comment exploiter correctement cet avantage ? Avec ses dégâts de base de 9 contre la Lumière, Xavier semble tout à fait apte à éliminer ses cibles privilégiées, et ainsi à devenir un cauchemar pour tout joueur possédant au moins deux ou trois unités lumineuses. Il possède deux attaques spéciales au corps-à-corps, l’une augmentant décemment son attaque et ses dégâts, l’autre lui permettant de récupérer ses points de vie en frappant sa cible. Cette dernière peut avoir un intérêt certain, cependant, au vu du gameplay habituel de Xavier, qui consiste à infliger un max de dégâts pour éliminer un max d’adversaires (quelle finesse…), la première attaque semblera souvent beaucoup plus intéressante. L’autre est alors plutôt réservée à un usage occasionnel, lorsque Xavier est à peu près sûr de toucher et d’éliminer son adversaire, par exemple. (Mettons, lorsqu’il a affaire à une unité de lumière ayant peu de points de vie et ne pouvant plus se défendre…)
Cependant, ces deux attaques ne sont rien comparées à sa charge spéciale : le Péché primordial est une capacité permettant, au prix d’un important sacrifice de points de vie, d’afficher des dégâts effrayants (14 !), grâce auxquels Xavier peut tuer instantanément la plupart des unités de lumière, sauf peut-être un tank du genre poids lourd de l’Empire, comme Kronen ou Janus en mode défensif.
L’idée, pour maximiser les chances qu’a Xavier de tuer ses adversaires, est alors tout simplement de booster ses caractéristiques offensives au maximum. Etant donné qu’il peut obtenir la possibilité de jouer deux fois dans le même tour grâce à l’Exaltation de l’obscurité, les augmentations temporaires qui améliorent son attaque ou ses dégâts pour un tour entier sont doublement intéressantes. En utilisant Tempus Fugit, par exemple, Xavier gagne la possibilité de charger sur une unité de Lumière depuis une distance de 40 cm, et s’il la tue, il peut profiter une seconde fois de Tempus fugit pour charger une seconde unité plus éloignée ou, dans une optique plus prudente, pour retourner du côté de ses alliés, où il se trouvait au début du tour.
Tempus fugit n’est qu’un exemple : l’usage de Nullum Lusec semble encore plus efficace, car cela augmente ses chances de toucher, et donc de faire passer ses dégâts énormes. Cependant, Nullum Lusec a deux défauts : d’abord, cela ne marche qu’une seule fois. Ensuite, il faut déclarer son utilisation avant la phase de combat, et l’adversaire sera donc au courant de la manoeuvre, ce qui, sauf initiative clémente, lui laissera le temps de mettre un protecteur quelconque devant les cibles potentielles ou – pire ! – d’engager Xavier avec une unité obscure ou neutre.
L’Arme ultime semble alors être le choix qui s’impose : plus chère que Nullum Lusec, elle n’a aucun de ses défauts. D’abord, elle peut être utilisée plusieurs fois dans la même partie, ce qui est agréable si Xavier doit accumuler les victimes, et ensuite, son utilisation se fait lors de l’activation du personnage, ce qui permet d’utiliser Xavier à tout moment pour surprendre l’adversaire avec une charge à 9/14 sur une unité qui ne s’en relèvera vraisemblablement pas. Mieux : si l’usage de l’Arme ultime coûte un point d’action à chaque fois, ce n’est pas bien grave, puisque Xavier les récupère tous lorsqu’il élimine une unité de Lumière. S’il fait une seconde charge par la suite, il lui en restera toujours un pour se défendre en cas de besoin. Et vu que les spéciales de Xavier coûtent toutes 3 points d’action, il est possible d’utiliser l’Arme ultime en combinaison avec n’importe laquelle d’entre elles.
Comment faire pire ? Simplement, il existe un Wanderer pas bien cher, et capable de donner à Xavier Attaque +2 pour un tour, ce qui, en combinaison avec l’Arme ultime, peut permettre de sympathiques frappes à 11/14 sur la Lumière. Voilà qui risque de donner des sueurs froides à Samael ou à l’Empire ! Même un mystique très solide et avec une très bonne défense, comme Dinah, a de fortes chances d’y passer, et les unités les plus « fragiles » de l’Empire, comme Daniella ou Erika, ne peuvent pas survivre si l’attaque passe, même avec une marge de 0. Sur un bon jet, il y a moyen de quasiment one-shot Macbeth… Cependant, Wissenschaft ou l’Alliance, deux organisations qui, on pourrait le croire, ne craignent pas trop Xavier (peu de proies lumineuses, et quand il y en a, c’est plutôt du solide), peuvent tout de même avoir de très mauvaises surprises venant de lui : en effet, le chasseur obscur n’a besoin que d’une unité de Lumière pour déclencher l’Exaltation, à partir de quoi il peut aller mettre de grosses claques sur n’importe qui, même ses collègues obscurs.
Pour en revenir à Sophia Ilmora, son usage dans une composition Eglise n’est pas un mauvais choix général, même si elle souffre de la concurrence des saintes, en particulier de Luzbell. Cependant, le plus grand intérêt de Sophia dans ce cas est (à mon avis) l’Analyse offensive, qui n’est pas seulement un super bonus pour Xavier, mais aussi pour d’autres inquisiteurs, notamment Roméo. (Avec la même technique que pour Xavier, Colère des dieux est une attaque à 10/5 sur toutes les unités proches.) Sachant que si on prend Roméo, il n’y aura pas Elienai la plupart du temps, Sophia peut être prise en plus de Luzbell et du saint concile sans dépasser le quota de soutiens autorisé, et le problème de la concurrence est résolu. Le principal souci que pourrait à la rigueur causer Sophia dans ce cas est qu’elle nous empêche de prendre certains autres Wanderers tout aussi excellents, comme Faust, Kujaku, Khaine ou encore Cenette et Drake, pour ne pas les citer. Dès lors, c’est une question de choix personnels.
Bien sûr, Xavier profitera aussi pleinement d’avantages comme « Exterminateurs » ou encore des auras d’Evangéline ou Elienai. Une composition église incluant Luzbell peut le transformer en un tueur cauchemardesque, capable d’apparaître n’importe où dans un combat ou une mêlée, et même derrière, là où personne ne pourra l’attraper et où il pourra enchaîner les unités de lumière les unes après les autres.
Maintenant, si Xavier peut faire très peur sur le papier, il faut bien avouer qu’il possède les défauts de ses qualités. Avec 14 pv, et une charge spéciale qui peut lui en coûter 5 en y allant à fond (et vous irez à fond), c’est un Inquisiteur encore plus fragile que les autres, qui a rapidement tendance à tout donner en offensif au mépris des règles de sécurité les plus élémentaires. Par ailleurs, si Néro peut être qualifié de « stéréotype » de guerrier de l’Eglise, Xavier, lui, en est l’archétype : c’est une unité extrême, exclusivement centrée sur l’attaque, l’extermination et l’offensive, qui peut être jouée de manière plus ou moins téméraire, mais reste sur le fond incapable de faire autre chose.

Voilà, voilà.

Publicités